[ no ] n. m.
• 1874; mot jap.
Drame lyrique de caractère religieux et traditionnel, au Japon. Des nôs. ⊗ HOM. Nos (notre).

No Symbole chimique du nobélium.

(lac) cuvette lacustre du Soudan méridional, d'où sort le Nil Blanc.
————————
n. m. inv. Drame lyrique japonais né en 1400. (V. Zeami.)

⇒NÔ, subst. masc.
Au Japon, drame lyrique d'inspiration religieuse où danses et chants sont étroitement liés; genre théâtral constitué par ce type d'oeuvre. Sous l'influence du zénisme, secte bouddhiste originale, se crée une forme théâtrale, le «nô» qui donne naissance à des oeuvres symboliques dans un décor plein de simplicité, avec des mouvements stylisés réduits au minimum, et une expression très sobre (Arts et litt., t.2, 1936, p.56-6). La forme ramassée dujaponais (MONTHERL., Fils personne, préf., 1943, p.269).
En appos. à valeur adj. En 1915, les «Washington Square Players» ne donnaient guère que de l'Ibsen, du Maeterlinck, des drames nô (MORAND, New-York, 1930, p.175).
Prononc. et Orth.:[no]. Homon. nos. L'accent circonflexe marque la durée de la syll. japonaise. Plur. des nôs. Prop. CATACH-GOLF. Orth. Lexicogr. 1971, p.282: no. Étymol. et Hist. 1874 «drame lyrique japonais» (Revue des Deux Mondes, 15 août, p.751 ds QUEM. DDL t.18). Mot japonais de même sens. Déjà att. en 1871 en angl. (cf. NED Suppl.2, s.v. noh).

[no] n. m.
ÉTYM. 1874, Revue des Deux-Mondes, in D. D. L.; mot japonais.
Drame lyrique de caractère religieux et traditionnel qui apparut, dans le théâtre japonais, au XIVe siècle. || Des nôs.
0 Le « nô » est caractérisé par son esprit religieux, qui le rapproche de la tragédie grecque et du mystère; par son style poétique, par moment purement lyrique (…) par la mimique imposante des acteurs, généralement masqués; par l'absence de femmes sur la scène, tous les rôles étant tenus par des hommes; par l'importance de la danse; par le rôle du chœur dont la principale fonction est de chanter un récitatif qui sert à compléter et à expliquer l'action de la pièce; par la sobriété de la scène et du décor.
R. Bersihand, la Littérature japonaise, p. 42.
HOM. Nos.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.